Biodynamie : un nouveau départ pour soi et son vignoble

novembre 03, 2016
par Neoverticales  |   dans Actualités, Commercialisation, Conduite du changement, Domaines châteaux, Gestion projets, Management, RSE, Vigneron  |   0 commentaire

Convertir son vignoble en biodynamie est un vrai projet de changement qui dure 3 à 4 ans. Il nécessite une très forte implication de la part du vigneron : c’est souvent par conviction qu’il cherche à redonner à la plante et au sol un équilibre, une vitalité déréglée par des traitements chimiques à répétition. Il devra prendre du recul, gérer sa motivation et mobiliser de nombreuses ressources personnelles face aux difficultés qui se présenteront à lui tout au long de ce projet.

Pourtant, le choix de réorienter son vignoble en biodynamie n’est pas une décision facile à prendre. C’est un choix risqué, qui nécessite une adaptation de son matériel, de son organisation de travail ainsi que des compétences particulières pour les préparations biodynamiques. C’est rentrer dans une nouvelle logique de production pour s’orienter vers une stratégie plus qualitative qui dynamise la plante et son environnement. C’est construire une nouvelle politique commerciale auprès des circuits de distribution spécialisés pour accéder à de nouveaux marchés à plus forte valeur ajoutée.

C’est un changement qui touche les habitudes de travail du vigneron. Il peut être amené à traverser différentes étapes personnelles : entre la frustration, le doute, la remise en question mais aussi la surprise et la joie qui accompagnent la découverte et l’apprentissage de nouvelles façons de faire.

En somme, convertir son vignoble en biodynamie nécessite de nouvelles capacités techniques et commerciales mais aussi la capacité humaine à piloter ce changement.

Parmi les points prioritaires à travailler pour le vigneron :

1. Anticiper les changements techniques en amont du projet de conversion
2. Mettre en place une nouvelle organisation pour gérer l’augmentation de la charge de travail
3. Bien communiquer auprès de son équipe ce qui va changer
4. Faire des essais et apprendre de ses erreurs
5. Gérer sa motivation tout au long du processus pour dépasser les étapes difficiles
6. Mener le changement jusqu’aux circuits de distribution

Lire la suite sur Mon-Viti.com

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*