vendanges Ă  la main

Conversion Bio : aider votre Ă©quipe Ă  vivre la transition

Passer en Bio, c’est aussi un acte de management

Comment permettre Ă  chacun de devenir acteur de cette transition?

Convertir son vignoble en viticulture biologique, c’est avant tout une dĂ©cision de management pour engager son domaine vers une viticulture plus respectueuse de l’environnement. Les responsables du domaine mettent parfois beaucoup d’énergie Ă  communiquer auprĂšs de leurs Ă©quipes, sans toujours permettre Ă  chacun de devenir acteur dans l’évolution de son mĂ©tier.

Passer en Bio, c’est d’abord abandonner

L’engagement et l’esprit de persuasion du responsable de domaine ne suffisent pas toujours Ă  lever tous les obstacles, lorsqu’on touche Ă  l’organisation, aux pratiques de travail ou bien encore aux croyances. Certains ouvriers viticoles ou saisonniers Ă©voquent le fait de ne pas ĂȘtre ‘’trĂšs partant’’ pour travailler en bio. Les arguments fusent : « Je ne suis pas convaincu que cela apporte quelque chose au vin
 c’est pire pour les sols avec le cuivre
 »

La vĂ©ritable question de fond s’avĂšre souvent en rĂ©alitĂ© : « Comment ne pas perdre mon savoir-faire, si l’on remet en cause les pratiques culturales telles qu’elles existent aujourd’hui ? Quels efforts cela va-t-il me demander en plus de mon travail habituel ? »

Pour aider son Ă©quipe Ă  vivre cette transition, le responsable de domaine doit s’attacher Ă  travailler trois points prioritaires :
  1. acter la fin des anciennes pratiques 
  2. travailler à construire de nouveaux repÚres 
  3. montrer le chemin parcouru

Démarrer le Bio du bon cÎté !

Beaucoup de changements Ă©chouent car on dĂ©marre par ce qu’ils ont de nouveau : les nouvelles pratiques culturales d’entretien du sol ou de fertilisation, le nouveau matĂ©riel, la nouvelle rĂ©partition du travail, etc.

Au lieu de dĂ©marrer par ce qui est nouveau, il faut d’abord acter la fin des anciennes pratiques et des anciennes logiques, notamment en matiĂšre de protection phytosanitaire : quels sont les tĂąches et les rĂ©flexes que nous devons arrĂȘter ? Et pourquoi ?

Dans une seconde Ă©tape, le responsable de domaine doit s’attacher Ă  construire de nouveaux repĂšres avec son Ă©quipe. C’est une phase de transition un peu incertaine, dans laquelle l’équipe viticole et l’organisation du domaine peuvent ĂȘtre amenĂ©es Ă  flotter un peu. Rien d’anormal ! Le travail dans les vignes n’est pas radicalement diffĂ©rent mais il y a une charge de travail plus importante, ce qui veut dire aussi mettre en place une organisation plus pointue.

Durant cette phase, l’équipe viticole a perdu ses anciens repĂšres mais n’en a pas encore construit de nouveaux.

En viticulture biologique, la rĂ©activitĂ© est importante car les fenĂȘtres d’intervention sont courtes pour les traitements, l’agronomie ou la prophylaxie.

Plus l’équipe contribue Ă  dĂ©finir ces nouvelles pratiques, mieux la phase de conversion se dĂ©roule. À quoi veut-on que ressemblent le vignoble et le domaine demain ? Quand souhaite-t-on y arriver ? Que fera-t-on que l’on ne fait pas aujourd’hui ? Qu’est-ce que l’on ne fera plus ? Quels chantiers ou projets doit-on lancer pour y arriver Ă  la date souhaitĂ©e ?

Enfin, il est important de marquer le nouveau départ puis de montrer le chemin parcouru.

Une façon simple de le faire est de rĂ©aliser son propre bilan avec l’équipe, en Ă©tudiant de maniĂšre comparative ce qui a changĂ© dans les parcelles non traitĂ©es.

Donner du temps Ă  votre Ă©quipe

Au dĂ©marrage de tout changement, on n’a pas encore complĂ©tement dĂ©laissĂ© les anciennes tĂąches que l’on ne fera plus, mais on est dĂ©jĂ  amenĂ© Ă  prendre progressivement en charge de nouvelles tĂąches. Cette phase peut ĂȘtre Ă  l’origine de tensions importantes au sein de l’équipe et mettre le manager en difficultĂ©. S’ouvrir Ă  d’autres pratiques, se montrer curieux, acquĂ©rir de nouveaux gestes nĂ©cessitent Ă©galement de la disponibilitĂ© et du temps.

Le responsable de domaine doit se montrer rigoureux dans la gestion des prioritĂ©s au dĂ©but de tout changement et intĂ©grer un temps d’apprentissage dans le planning de travail de son Ă©quipe.

Il doit explicitement prĂ©ciser les nouvelles prioritĂ©s, encourager son Ă©quipe Ă  prendre le temps de rĂ©flĂ©chir Ă  ce qui est attendu de chacun : « Cette semaine, au lieu de donner un coup de main Ă  la cave, tu prends deux heures, tu te poses et tu prends le temps d’essayer le nouvel intercep Ă  lames sur le haut de la parcelle. »

Quels outils de management mettre en oeuvre pour passer en Bio?

La boĂźte Ă  viti’ , ce sont des outils de management concrets destinĂ©s aux vignerons et aux managers de domaines pour les aider dans l’organisation et le dĂ©veloppement de leur Ă©quipe.

Je vous propose la méthode suivante, à partager sans modération avec votre équipe viti.

Organiser un temps d’échange avec votre Ă©quipe.

Demander Ă  chacun de rĂ©flĂ©chir Ă  l’évolution de son mĂ©tier et de ses pratiques hier, aujourd’hui et demain :

– les tĂąches qu’il abandonne ;

– les anciennes tĂąches qu’il va continuer Ă  assurer ;

– les nouvelles tĂąches qu’il doit prendre en charge ;

– les tĂąches pour lesquelles il se pose des questions.

L’objectif est d’acter d’un Ă©tat de fait et de permettre Ă  l’équipe de construire ses nouveaux repĂšres. Pour cela, il est important que chacun puisse visualiser ses anciennes et ses nouvelles tĂąches.

C’est l’opportunitĂ© d’Ă©changer sur la reprĂ©sentation que chacun a du bio et de mettre Ă  jour les malentendus : en viticulture biologique, les ouvriers viticoles ont globalement un environnement de travail plus sain. Ils ont des vignes moins vigoureuses. Cela implique des bois moins gros Ă  tailler. Et mĂȘme lorsque l’on dispose d’un sĂ©cateur Ă©lectrique, cela veut dire potentiellement moins de TMS, mais aussi moins d’ébourgeonnage…
C’est Ă©galement l’occasion d’ajuster la rĂ©partition des nouvelles tĂąches au sein de l’équipe viti.

En conclusion, pour le vigneron ou le responsable de domaine, l’enjeu est de donner du sens Ă  la dĂ©marche de conversion.

Échanger concrĂštement sur l’évolution de leur mĂ©tier et des tĂąches qu’ils doivent effectuer est un levier efficace pour accĂ©lĂ©rer la transition des membres de l’équipe.

En donnant une vision claire de ce qui s’arrĂȘte, se poursuit et va commencer, chacun devient acteur dans l’évolution de son rĂŽle et de ses responsabilitĂ©s.

Par Sylvie Brasquies, publié le 14 Février 2019
Tous droits réservés©